Recherche
sur le site

Ceux que ça intéresse
trouveront ici
mon CV
Site sous licence Creative Commons (BY-NC-SA)


Hermès dévoilé
(Comment j’ai composé
certains de mes livres)

Troisième et dernière partie :
Alinéas « à la Bordas », lettrines,
colophon, couverture, ligatures


À la Bordas !

Là encore, il faut revenir aux débats de la liste Typographie. Le 5 septembre 2000, Thierry Bouche faisait part de son enthousiasme pour un ouvrage mexicain : Jorge de Buen, Manual de diseño editorial, Editorial Santillana. « C’est beaucoup plus et un peu moins que le Bringhurst. Le lecteur est pris en main (souvent d’une façon assez vigoureuse que je trouve plutôt savoureuse) dès le départ. […] Bref, c’est un livre pragmatique qui aborde l’ensemble des problèmes à résoudre pour aboutir à la version imprimée d’un texte achevé. »

Le lendemain, Thierry Bouche précisait : Jorge de Buen « liste les différents modes de composition de paragraphes (lire « alinéas »), dont un impayable mode « Bordas » qui consiste à les mettre à la suite les uns les autres, en mettant une lettrine qui se retrouve donc n’importe où dans le pavé pour signaler la coupure. Similaire, donc au système moyenâgeux, mais en remplaçant ¶ par des lettrines. »

Dans un mail privé, il m’expliquait : « Le truc que Buen appelle le système de Bordas est très marrant (ça daterait de 70 ans) : il explique que ça donne beaucoup de flexibilité au typo. Le principe est de couper en deux parts égales la dernière ligne du paragraphe, et de commencer le suivant par une lettrine (qui interrompt donc ces deux demi-lignes) sur deux lignes ; on a donc presque toujours le choix de couper en deux la dernière ligne ou les deux dernières. Cela dit, le résultat est — bizarre… »

Exemple extrait du livre de Jorge de Buen.

Il est plus que bizarre, il est carrément étrange. Et je ne voyais pas très bien où est l’élément de souplesse pour le typographe (mais ça règle définitivement le problème des veuves et des orphelines, évidemment…) Tout ça me donnait envie d’essayer, et justement j’avais Hermès en train de mijoter tranquillement : pourquoi ne pas lui ajouter cette épice ?

Quelques essais plus tard, je trouvai le résultat vraiment trop beau pour être abandonné, malgré le surcroît de travail demandé. Mais j’ai vite rejeté le principe pur et dur, pour m’orienter vers une solution coupant le paragraphe en amont sur trois lignes, et laissant le début de paragraphe sur deux lignes et au fer à droite, ce qui provoque inévitablement une portion de ligne blanche au-dessus du départ de paragraphe et pas mal de blanc avec lequel je pouvais travailler.

Car il est impossible de « jouer à Bordas », avec ses règles strictes, dans une justification si étroite, avec un si faible interlignage et une hauteur de colonne si faible (et encore mon auteur ne fait presque jamais de paragraphes ; qu’est-ce que ça aurait été s’il écrivait par fragments… D’où l’idée de subvertir le principe, de rompre les alignements, de générer du blanc (atténué cependant par la masse de la lettrine et des petites capitales), etc.

Autre avantage, ma « subversion » du principe de Bordas aide le lecteur à voir où ils commencent, ces fameux paragraphes (ce qui est presque impossible avec le système « canonique »). L’inconvénient, c’est que ça crée une sorte d’habillage qui fonctionne mal quand le blanc tournant est trop étroit à gauche.

Au total, le résultat m’a paru gai et incohérent.

Exemple sur une double page :

Cela étant, ce principe de Bordas n’est vraiment pas un cadeau pour l’opérateur, c’est même un cauchemar, et je me demande comment J. de Buen a pu imaginer que c’était flexible. Ou bien cet auteur est un grand humoriste, c’est possible…

Avec « Bordas », il faut faire tout le temps des choix : à chaque paragraphe on a plusieurs solutions (au moins deux, l’une avec une fin de paragraphe longue et l’autre avec une fin de paragraphe courte, souvent plus).
Pire :
— L’opérateur doit gérer la fin de paragraphe en amont (en face du « pavé Bordas ») pour ne pas se retrouver avec trois lignes mal espacées. Du coup, les fins de paragraphe ne sont pas parfaitement « au carré » (la dernière ligne est presque partout au fer à gauche). Ça m’a absolument désolé de faire ça, mais je me retrouvais parfois dans des justifications si étroites que l’interlettrage ou les espaces inter-mots devenaient démesurés et hideux.
— L’opérateur doit aussi gérer le flot de texte dans le paragraphe courant. À cause de la lettrine, la ligne supérieure du début de paragraphe est nécessairement plus longue que la seconde ligne, ce n’est pas toujours réalisable de façon simple et peut générer des fausses coupes en aval.
— On notera que si je me suis interdit de faire une césure à la fin de cette seconde ligne (ce qui aurait été absurde, aussi bien graphiquement que du point de vue du sens), j’ai été contraint d’admettre la présence de césure sur la première ligne du « pavé Bordas ».
— L’opérateur doit enfin gérer la suite du texte, la fin du paragraphe ! Car selon le nombre de mots qu’on met dans le « pavé Bordas » courant, le paragraphe va être lui-même bien ou mal aligné avec le « pavé Bordas » suivant.

Autre problème : que faire des hauts et bas de pages ?
— J’ai adopté comme principe qu’une page devait se terminer sur une ligne pleine : ça n’a été presque jamais été possible.
— J’ai adopté comme principe qu’une page devait toujours commencer par une ligne pleine, et ça a été presque toujours possible, mais avouons-le : c’est que j’ai eu de la chance !

Lettrines, petites et grandes capitales.

C’est la deuxième fois que j’utilise un système découvert dans un ouvrage du XVIIe ou XVIIIe siècle : après la lettrine, mettre une grande capitale puis continuer avec des petites capitales le mot ou le groupe de mots qui suivent. Il semble que ça a été une pratique très courante, peu à peu tombée en désuétude.

Voici ce qu’en écrivait M. D. Fertel (1723), imprimeur et auteur de La Science de l’imprimeur : « La Lettre qui suit immédiatement la Lettre de deux points, doit être de grande capitale, & le reste du mot en bas de Casse, & pour un plus bel ornement, on peut le faire de petit capital. » (Merci à J.-P. Lacroux, qui réprouve le procédé, de m’avoir signalé cette citation.)

Je trouve ça joli et marrant. Ça fait enrager (je ne sais pas pourquoi) certains de mes copains, qui m’en rebattent les oreilles. Bref, on aura compris que ça relève maintenant de la plaisanterie plus que d’autre chose.

À noter que j’ai été obligé de grossir la force de corps de la lettrine, calculée pour Centaur et Dieu sait pourquoi par XPress de façon à ce qu’elle soit un peu plus petite que la capitale qui suit (ce qui était très moche !). Mais l’agrandir tout simplement, ça faisait vraiment trop gras, alors j’ai fait quelque chose qui ne se fait pas : j’ai un peu étroitisé la lettrine, pour rattraper optiquement la graisse superflue après agrandissement. J’espère que ça ne se voit pas trop.

Colophon

J’aime les colophons, je n’allais pas me priver… Je continue de penser que ce témoin de l’histoire du livre, de son texte tout comme de ses conditions matérielles de fabrication est un des aspects des plus civilisés de l’art du copiste et du typographe. On ne peut que regretter sa quasi-disparition, au profit d’un « achever d’imprimer » sans doute fonctionnel, mais généralement assez plat.


Pas d’exercice de virtuosité cette fois-ci : j’ai déjà donné (on peut voir ici quelques exemples). Mais j’en ai profité pour faire une lettrine marrante, dont j’ai piqué l’idée à une maquettiste rencontrée autrefois, qui n’aime pas les lettrines et s’est imaginée s’en débarrasser de cette façon.

Couverture

Ça faisait un bout de temps que j’avais envie de « tripoter » la jolie police Galahald, de profiter de son jeu alternate (ah ! le « e » alternate de Galahad…), de créer des ligatures (la police s’y prête admirablement). C’est un jeu typographique, rien de plus.

Toutes les ligatures, ajouts d’accents, etc., ont été créés dans XPress. Celles de la tranche sont restées comme je les avais réglées :

Celles de la première de couverture ont été reprises dans Freehand (après vectorisation du caractère) et légèrement retouchées :


Téléchargement du PDF

Les effets d’embossage, d’ombrage, etc. ont ensuite été créés dans Photoshop : tout le côté « lissé » des caractères vectoriels a donc disparu. Ça ne m’a pas paru gênant, on a simplement l’impression que le texte est peint par-dessus l’illustration.


Illustrations

Il existe une grande tradition de l’illustration hermétique. Je ne voulais pas manquer cette occasion. J’ai donc distribué quelques gravures, là où le texte m’en laissait la place.

Je ne remercierai jamais assez Olivier Randier et Fabrice Bachella pour leurs apports en la matière et leurs précieux conseils.

À propos de XPress

J’ai le sentiment qu’avec ce travail, j’ai poussé le logiciel à sa limite, voire au-delà. Ses défauts, ses faiblesses, m’apparaissent désormais insurmontables.

Mécénat

J’aimerais bien le voir imprimé, ce livre : il me faudrait un mécène ;-).


Lire la deuxième partie : « À propos du gris typographique
et autres aventures (des virgules, des espaces, des accents)… »

Lire la première partie : « Travaux préparatoires, format, empagement et polices »


Retour au sommaire :